Clap Ciné

[06-12-2018]


Chaque mercredi, à 14h, André Ceuterick vous livre sa critique de deux des sorties ciné de la semaine. A lire ici :

---

Sorties du 5 décembre

Astérix et le secret de la potion magique

C'est le deuxième film écrit et réalisé par Alexandre Astier au coeur de l'univers d'Astérix et de ses amis du village gaulois qui résiste encore et toujours à l'envahisseur.


Après Le Domaine des Dieux, qui était une adaptation, il écrit ici une histoire originale et inédite tout en maintenant le canevas figé dans le temps et éternel des personnages de base, de l'ennemi romain et de la potion magique salvatrice... mais ici mise en péril.


En effet, au début du film, le Druide Panoramix tombe d'un arbre lors de la cueillette du gui et se casse la jambe. Diminué physiquement et affecté moralement, il se dit alors qu'il est peut-être temps de passer la main et de se chercher un successeur à qui il pourra transmettre, en pleine confiance, le secret de la potion magique. Il demande alors une réunion exceptionnelle du Conseil des Druides, mais tous sont perplexes. Accompagné d'Astérix et Obélix, puis de tout le village (sauf les femmes et le Barde Assurancetourix), il parcourt La Gaule à la recherche de celui qui pourrait le remplacer.


Dans le monde bien connu d'Astérix, débarquent quelques nouveaux personnages, parmi lesquels le maléfique Sulfurix, un ancien druide très doué, jadis ami de Panoramix, mais qui a mal tourné et avait alors été banni de la Communauté des Druides. Il a appris la mésaventure de Panoramix et veut prendre sa place pour s'emparer du secret de la potion magique. C'est un film avec de l'action, de la fantaisie, quelques références à des personnages de comix, quelques bons gags et une aventure au bout de laquelle il est aussi question de transmission ou de vol du savoir. Avec un vrai méchant qui veut dominer le monde... comme toujours !

Avec les voix de Christian Clavier, Daniel Mesguich, Alex Lutz, François Morel, Florence Foresti,...


Ma mère est folle

Une comédie sympa, bien enlevée, réalisée par Diane Kurys, qui affiche une belle longévité au cinéma, d'abord en tant qu'actrice dans les années 70, puis comme réalisatrice avec des films qui ont marqué une génération comme "Coup de foudre", "Cocktail Molotov" ou "Diabolo Menthe". Et puis, il y a Fanny Ardant, La femme d'à côté de Truffaut, élégante, distinguée, capable de tous lesr rôles, comme celui de Lola Parter, un père transsexuel dans le film de Nadir Moknèche.

Elle joue ici le rôle de Nina, une femme libérée, fantasque, enthousiaste, la cinquantaine bien trempée. Insouciante et hyperactive, elle n'a jamais vraiment construit sa vie. Cette fois, elle arrive à un tournant, car elle est criblée de dettes et elle risque de perdre sa maison, son seul bien. Elle doit réagir et rebondir.

Un jour, dans le métro, elle rencontre un chanteur bosniaque qui lui suggère de faire un voyage à Rotterdam, et de ramener du cannabis qu'elle pourrait revendre pour résoudre ses problèmes financiers. inconsciente mais déterminée, elle se lance dans cette nouvelle aventure... mais c'est aussi en Hollande que vit son fils Baptiste, un jeune architecte qu'elle n'a plus vu depuis 2 ans. Il avait quitté Paris pour fuir une mère envahissante et insupportable. Même si, au départ, elle n'a pas l'intention de le retrouver, elle débarque quand même dans sa vie et il sera obligé de la suivre dans ce périlleux road-movie entre Rotterdam et Bruxelles.



Diane Krys brosse ici un très beau portrait de femme, pur produit des années 70 du tout est possible, du tout est permis. Une femme qui a eu un enfant mais qui a toujours vécu en roue libre et que la réalité d'aujourd'hui a rattrapé. C'est alors que se développe une nouvelle relation mère-fils ; comme si l'un est l'autre voulaient rattraper le temps perdu. Il y a, dans cette jolie comédie, beaucoup d'énergie, d'enthousiasme, de lumière, de couleurs, qui reflètent la vie et le tempérament de Nina, et... les décors extérieurs choisis par Diane Kurys.

Avec Vianey, dans un beau personnage de fils coincé pour sa première prestation au cinéma.

---

Toujours à l'affiche

Bohemian Rhapsody



Un bopic musical et hagiographique sur le groupe Queen et surtout son chanteur emblématique Freddie Mercury, mort en 1991.

A son époque, Mercury a défié tous les stéréotypes, a brisé les conventions et révolutionné la musique. On revit ainsi son ascension, son succès fulgurant, ses excès, ses crises personnelles qui ont failli faire exploser le groupe à plusieurs reprises, puis son retour triomphal sur scène, lors du concert Live Aid, alors qu'il était déjà frappé par la maladie.

Le fil, réalisé par Bryan Singer (la série des X-Men, Superman Returns, Usual Suspects), consiste en un biopic assez traditionnel, avec les clichés du genre, réalisé de manière assez poussive et académique, mais quand même bien rythmé grâce à la musique de Queen évidemment.

Le réalisateur et les scénaristes ont quand même dépassé le niveau de la simple reconstitution pour cerner la personnalité profonde de Mercury, l'homme deerrière l'icône, avec ses envolées, ses fêlures, ses conflits intérieurs, son impatience aussi. C'est l'élément le plus percutant (hors musique) du film, grâce à l'interprétation 'habitée' de Rami Malek, dont la ressemblance physique avec Mercury est assez troublante également.

Un film de cinéma en demi teinte, donc, mais qui permettra aux nouvelles générations de (mieux) connaître l'un des groupes mythiques de la fin du 20ème siècle et la légende "Mercury".




> Vincent Niclo
Le ténor français sera l'invité du Croissant Show ce vendredi !

> Rolling Stones
Week-end spécial sur Sud Radio !

> Phantasialand
Sud Radio vous invite à découvrir Phantasialand !


Toutes les News
<Décembre 2018>
Aujourd'hui
LMMJVSD
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31